Soulwax

SOTW #85 : How Long, The Shitz aka Soulwax

Ça fait dix ans que j’attendais le retour de Soulwax. Pas que les frères David et Stephen Dewaele aient été inactifs pendant le hiatus de leur groupe, loin de là. Ils se sont placés en tant que 2 Many Dj’s parmi les plus grosses pointures de la dance music et font inlassablement danser la planète, jouant partout devant des foules enthousiastes. Depuis leur ville de Gand, via leur site Radio Soulwax, ils balancent des mixes et des films comme « Dave » en 2011, hommage parfaitement moderne à David Bowie. Ils produisent et remixent à tour de bras, montent « Despacio », un soundsystem de science-fiction avec James Murphy. Ils ont toujours occupé le devant de la scène et pourtant j’avais la nostalgie du groupe rock, auteur de trois disques que j’ai beaucoup aimé, en particulier « Much Against Everyone’s Advice », sorti en 1998 et mélange abrasif de mélodies pop bien troussées et de dynamiques plus souvent associées au stoner ou à l’électro. Et j’avais fini par penser qu' »Any Minute Now » en 2005 serait leur dernier effort dans ce sens.

Soulwax revient donc en 2016 mais par un biais inattendu. En signant la B.O. de « Belgica », film du réalisateur flamand Felix Van Groeningen (auteur du génial « La merditude des choses » et du beaucoup moins bien « Alabama Monroe »), dont les frères Dewaele ont composé, produit et mixé toutes les chansons. Mais au lieu de les interpréter eux-mêmes, ils ont imaginé et inventé seize groupes pour incarner, en studio comme à l’écran, les chansons du film. Et ont dû procéder à un long casting pour former les groupes en question et l’on voit dans le film leurs performances dans le café Belgica à Gand, extraordinaire lieu de l’action où les scènes musicales et de fête sont proprement hallucinantes. Stephen et David Dewaele se font plaisir en touchant à tous les genres qu’ils affectionnent, nu soul, punk hardcore, electro, pop rock et même reggae, psychobilly ou pop orientale. Et chaque fois on retrouve immanquablement leur imparable patte mélodique.

Pour les poétiquement nommés The Shitz, ils dégainent « How Long », un morceau pop garage rappelant sans le copier le Soulwax millésimé du tournant de millénaire, avec son couplet inquiet à la Pixies et son refrain infectieux où claquent les irrésistibles riffs de guitare et les frénétiques roulements de batterie. En un mot, c’est énorme, et Stephen Dewaele s’est trouvé un alter-ego de première bourre avec ce chanteur animal et sexy, entre Jim Morrison et Iggy Pop. Notons que ce jeune homme au physique avantageux est avant tout l’acteur Boris Van Severen! De l’autre côté du si large prisme musical de Soulwax, je vous ai choisi l’envoûtant morceau electro kraut « Turn On The Lights » du groupe avatar White Virgins, dont la performance dans le film rend la foule du Café Belgica, assurément le meilleur café de Belgique (dans le film en tous les cas), complètement dingue.

Dois-je vous convaincre encore d’aller voir « Belgica » ?

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x