Bon, pas de surprise ici. Des grands noms du rock américain et britannique, des troubleurs de fait australiens, et de jeunes prodiges glam. Du lourd, comme du raffiné. Et toujours pas de Beyoncé.

Faut qu’on l’admette. On a connu des millésimes meilleurs que 2016, une année marquée par le décès de David Bowie, la défaite des Bleus en finale de l’Euro et l’élection d’un clown à la Maison Blanche. Douze mois étranges, et pas vraiment rock n’roll. Cette morosité ambiante s’est faite ressentir dans le monde de la six cordes et de la pédale fuzz. Peu d’œuvres majeures, voire aucune. Des bons disques, et des coups d’essais, il y en a eu, mais pas de quoi casser trois pattes à un canard, comme on dit dans le Périgord.

Heureusement, l’automne s’est avéré plutôt prolifique en termes de bonnes découvertes, avec la sortie d’une pépite folk de Ty Segall et l’ouragan teenage glam rock des Lemon Twigs.

Je vous laisse donc avec les 10 titres qui ont fait l’année. En toute subjectivité bien sûr.

10 – Doing It To Death – The Kills

Un clip morbide, un beat saccadé boosté par une guitare poisseuse, et la voix charnelle d’Alisson Mosshart permettent au duo américano-britannique de signer un des morceaux les plus cool de l’année. En seize ans de carrière jonchés de six albums, The Kills n’ont jamais vraiment changé de formule. Tant mieux.

9 – Because I’m Me – The Avalanches

J’ai jamais trop été électro, mais quand ça permet de rendre hommage aux racines du hip hop et de se replonger dans le meilleur de la musique noire américaine, je valide. Les Australiens de The Avalanches, collectif de DJ basé à Melbourne, ont bien joué le coup, avec une vidéo plus que sympa et un groove du tonnerre.

8 – Aviation – The Last Shadow Puppets

Miles Kane et Alex Turner pourraient bien enseigner l’élégance à Oxford à la rentrée prochaine. Titre phare de leur second opus avec The Last Shadow Puppets, les deux enfants terribles du rock anglais ont signé un des morceaux les plus accrocheurs de l’année, clou de nos plus belles soirées cet été. On en redemande déjà.

8 (ex aequo) – Eye of a Hurricane – Kyle Craft

Ovni glam rock, Kyle Craft vient de sortir son premier album chez Sub Pop Records. Avec son clavier honky tonk et ses accents country, « Eye of a Hurricane » sent bon le bar miteux au fin fond du Tennessee. A écouter en dégustant un grand Bordeaux, la bouteille sur le piano, évidemment.

7 – Sunday – Iggy Pop

L’iguane a bien fait de faire appel à Josh Homme pour produire son dernier album. Chœurs entêtants, riffs aiguisés et shuffle millimétré, « Sunday » est son meilleur titre depuis des lustres. Ultra-dansant, cette chanson est son « Nightclubbing » du 21è siècle, le genre de morceau qui reste en tête pendant des plombes.

6 – Beg And Crawl – Max Jury

Seule surprise dans ce classement, voici Max Jury. Nouveau chouchou de la pop US, Max Jury cite Gram Parsons ou Townes Van Zandt comme ses plus grandes influences. Un pied dans le mainstream, l’autre dans la folk, le natif de l’Iowa nous a offert une jolie pépite à écouter au coin du feu. Mélancolie assurée.

5 – Robot Stop – King Gizzard and the Lizard Wizard

Ils sont cinglés ces Australiens. Le morceau d’ouverture de « Nonagon Infinity » est un jam fou, une espèce de danse macabre dans laquelle se côtoient guitares psychédéliques et chant halluciné, un régal pour les fans de garage expérimental, de prog et de punk rock. Jusqu’où King Gizzard and the Lizard Wizard iront-ils ?

4 – The Wheel – PJ Harvey

Avec son beat entrainant, « The Wheel » prouve une fois de plus que Polly Jean Harvey est la reine du rock anglais. Son nouvel album intitulé « The Hope Six Demolition Project » est un vrai délice, à classer parmi ses meilleurs. Merveilleusement bien écrit, magistralement interprété, « The Wheel » est un des temps forts de l’année musicale.

3 – Orange Color Queen – Ty Segall 

Son « Emotional Mugger » est bien trop biscornu pour entrer dans cette liste. Lancé sur YouTube à l’automne, « Orange Color Queen » consacre le Californien comme le songwriter le plus talentueux de sa génération. Délicieusement pop, légèrement psyché, cet ode à une muse inconnue est un des morceaux les plus sophistiqués de la courte mais très dense carrière de Ty Segall.

2 – The Axis – Thee Oh Sees

« Don’t you know how much I don’t love you ? ». John Dwyer règle ses comptes avec une ex sur une ballade psychédélique aux accents seventies qui rappelle les grandes années de Pink Floyd. Une chanson totalement acide, vicieuse, déchirée par un solo de guitare épatant. Du grand art.

1- As Long As We’re Together – The Lemon Twigs

Les frères D’Addario n’ont même pas vingt ans et déjà un single inoubliable, sans aucun doute la meilleure chanson rock de l’année. Sous ses faux airs bancales, « As Long As We’re Together » est un véritable hymne glam. MASSIF ! On a pas fini d’entendre parler de ces deux loustics new yorkais nourris à la pop 1960s et au music-hall. Tant mieux !