xzMmep2KFYE

Chers adeptes de la Song of the Week, le New-Yorkais Chris Baio a quitté pour un moment son poste de bassiste assez formidable dans Vampire Weekend, groupe pop devenu très populaire, le temps d’un projet solo sobrement nommé Baio. Infidélité qu’on pardonnera facilement, tant l’entreprise est réussie. Bâti comme un DJ set, les morceaux et chansons s’enchaînant sans temps mort, ce disque nommé « The Names » est une excellente et inattendue surprise.

C’est comme DJ que Chris Baio a commencé la musique et il s’est toujours produit derrière les platines en parallèle à son job dans Vampire Weekend, professant un goût marqué par la rencontre entre pop lettrée et électronique underground, et comme tout bon DJ, il veille à ce que les gens n’arrêtent pas de danser.

Si « The Names » contient de beaux moments electro, on sent que Baio découvre sa voix avec émerveillement sur les morceaux les plus pop, comme cet irrésistible « Sister Of Pearl« , sous haute influence Bowie / Roxy Music (le titre et le refrain étant un hommage appuyé au sublime « Mother of Pearl » de ces derniers, voir lien ci-dessous).  Rythmique alerte, motif de guitare acoustique sautillant et irrémédiablement catchy, mélodie d’un optimisme réjouissant. Bref, un petit moment de grâce dans ce monde de brutes.

Tiré à quatre épingles et dégingandé, Chris Baio rappelle le grand David Byrne et ses impensables pas de danse, dont vous avez la démonstration dans le clip.