C’est un coup de cœur qui passe entre les mains, ce genre de gros pavé dont on dit, en s’exclamant : « Quoi ? Tu ne l’as pas lu ? Non mais attends, tu vas adoooooorer ! » Et pourtant, je n’en avais pas entendu parler avant que ma boss ne l’évoque. Ni une ni deux, je le commandais à la bibliothèque – 3 semaines d’attente, une valeur sûre !

C’est l’histoire de Cetta, une jeune paysanne du sud très pauvre de l’Italie, au tout début du XX° siècle. Cette enfant devenue femme trop tôt par la violence ne se laissera pas faire. Plutôt que de subir la même vie que ses parents, elle décide de partir, au bout du monde, en Amérique pour offrir une vie meilleure à son fils, Natale (Noël en italien).

C’est aussi mais surtout l’histoire de ce petit garçon qui, dès son arrivée à Ellis Island, devient unique : le service de l’immigration l’appelle Christmas, plus simple pour tout le monde. Ce prénom, et quel prénom pour un italien !, marque le premier pas du boy vers un destin incroyable, qui débute dans le quartier pauvre du Lower East side, entre les prostituées et les mafiosos.

Le gang des rêves réussit le pari dingue de se lire comme on regarde un film. De l’action à chaque page, jusqu’à la dernière. Les phrases sont courtes, on a l’impression de rebondir sur chacune d’elles. Et des rebondissements, il y en a à n’en plus finir comme des personnages très attachants, qu’ils soient bons, brutes ou truands. En quelques pages, on se retrouve dans New-York downtown et on vit l’histoire de Christmas avec l’envie d’avancer encore plus vite à ses côtés !

Pour qui ? Ceux qui aiment les romans immersifs, qui ont envie d’être transportés aussi fort que par un ouragan.

Je débute dans la foulée Suite française de Irène Némirowski, auteur russe d’origine ukrainienne assassinée à Auschwitz en 1942, vous connaissez ?